ent_ensisheim
 
  SAMEDI 31 MARS 2018 - WATVILLER - CANTINE ZELLER
 

Marcheurs : P.R.C1.C2. - Cy.

Accompagnateurs : Dominique - J-Michel – Tony – J-Philippe – M-Paule – Evelyne - Anne

Ce matin-là, mon réveil connait un petit loupé... C'est donc en toute hâte qu'il me faut partir direction Ensisheim, rejoindre le groupe qui attend déjà devant la Maison Centrale la sortie des marcheurs.

Malgré un état un peu fébrile, je tiens vraiment à assurer ma première marche de l'année ! (Ma dernière participation remonte à 6 mois, début septembre !). Et ces journées me procurent toujours un bien fou !

Ravie de retrouver mes « collègues accompagnateurs », je suis également impatiente de découvrir la nouvelle équipe de marcheurs. En effet, à l'automne dernier, plusieurs d'entre eux étaient sur le point de sortir. Je savais donc qu'il y en aurait des nouveaux que je ne connaîtrai pas.

Aujourd'hui, ce sont 5 'gars' qui franchissent la porte avec Dominique. Parmi eux, je reconnais P. et R.. Dès les premiers mots, je les trouve plus à l'aise qu'il y a 6 mois; maintenant, ce sont eux les « anciens » !

Parmi les nouveaux, rien qu'aux saluts, je devine des personnalités assez différentes.

La nourriture embarquée, nous nous répartissons dans 3 voitures. Le temps du trajet sera propice à poser les jalons des premiers échanges.

Arrivés à Wuenheim, c'est sur le parking du Gros Chêne que nous complétons les présentations autour du toujours sympathique café- gâteaux, après que chacun se soit chaussé et équipé de bâtons pour certains. Là, première surprise; C1. accroche un sachet à la ceinture et signale que celui-ci servira de poubelle. Il est près de 10H quand nous entamons la marche dans la forêt, sous un soleil encore un peu timide, en faisant attention de contourner les sentiers détrempés. Nous longeons des vignes puis de grands prés où broutent au loin des chevaux.

Selon le rythme de la marche et au hasard des pauses, je me retrouve à bavarder avec C1. puis avec C2..Tour à tour, je découvre des itinéraires de vie surprenants. Et même si ceux-ci ne sont qu'évoqués - par pudeur ou par peur d'effrayer - on sent que le fait de les partager, permet à leurs auteurs, à la fois de s'alléger et d'amorcer un lien de confiance.

A la faveur d'une pause, nous pouvons profiter d'un beau panorama sur la plaine, tout en grignotant quelques friandises ou poursuivre la conversation.

Un peu plus loin, nous entrons dans le village de Wattwiller, que nous quittons assez vite pour prendre la direction de la cantine Zeller. Avec P. nous essayons de nous remémorer le lieu, à l'aide d'anecdotes, sachant que nous y avons déjà été plusieurs fois. Il y a une fontaine en bois, un musée, une chapelle... Vers 12h30 nous y arrivons par le chemin du bas. Un groupe étant déjà installé, nous occupons la deuxième salle. Là, nous déballons nos sandwiches, chips, salades et diverses victuailles après la soupe servie par nos hôtes. Nous terminons notre repas par un café servi sur place, et qui sera agrémenté de petits gâteaux et œufs en chocolats (veille de Pâques oblige !). Et comme ce samedi coïncide aussi avec mon anniversaire, j'ai la chance de me le voir souhaiter par toute la tablée !

Le temps de parole sera aujourd'hui consacré à la préparation du week-end de juin, ou du moins au listing de tout ce qu'il faudra apporter. P. s'occupera de la nourriture fournie par la pénitentiaire, pour les repas de midi ainsi que de la viande pour le barbecue. Certains accompagnateurs lui font remarquer qu'il avait précédemment apporté une viande qu'ils avaient trouvée délicieuse et particulièrement bien préparée. P. en est plutôt fier et assure qu'il s'arrangera pour obtenir la même chose. Il faut également penser à tous les détails, de la boîte d'allumette au produit vaisselle... Nous nous organiserons entre accompagnateurs pour cette répartition.

Puis un sujet un peu différent s'invite dans la discussion. Si un nouveau devait venir marcher la prochaine fois, serait-il possible qu'il puisse déjà s'inscrire pour le week-end ? Cela ne serait-il pas prématuré ? Dominique souhaite inclure les marcheurs dans ce débat. C1. n'y voit pas d'inconvénient, surtout si ce dernier était celui auquel il pense, et qui selon lui, « mériterait » vraiment d'y participer. Les autres non plus, n'y voient pas d'obstacles.

Il est près de 15H quand, après un coup de balai et un bref détour par le musée, nous entamons le trajet du retour. Quelques gouttes n'auront pas le temps de vraiment nous mouiller. Nous retraversons des paysages assez variés et avons droit à une belle leçon de citoyenneté donnée par les nouveaux marcheurs qui nettoieront les alentours d'un croisement.

Un dernier moment pour partager les différentes douceurs que nous avons encore dans nos sacs et là déjà les prémices du retour se font sentir, les uns discutant de repas, les autres de problèmes à résoudre.

Mais le bénéfice d'une journée de partage en pleine nature et la perspective d'une prochaine marche donnent du courage à ceux qui en ont besoin.

Après avoir quitté les marcheurs, un petit échange entre accompagnateurs nous fera dire que c'est un bon groupe qui se forme-là.

 

 

Fondation de France
Design by Joomla 1.6 templates