ent_strasbourg
   
  SAMEDI 18 MAI 2013 - LA VALLEE DE LA BRUCHE
   
                    

Samedi matin, 8h, prise en charge de trois marcheurs (au lieu de quatre inscrits) au greffe de la Maison d'arrêt par Maurice.

Jo., Ju. et A., âgés de 19 et 25 et 40 ans rencontrent alors Marie-Claire, Nicole, Maurice et Joëlle.

Nous partons à 8h15 pour Wisches à 40 mn de Strasbourg, dans la vallée de la Bruche. Nous stationnons les deux voitures face au cimetière militaire de la première guerre mondiale. Là, nous répartissons le matériel (chaussures et sacs à dos) et la nourriture. Les sachets repas des accompagnateurs n'ont pas été remis par les cuisines de la maison d'arrêt, seuls les marcheurs ont leur déjeuner. Cet oubli est sans conséquence sur le bien-être des accompagnateurs qui ont prévu des encas.

Nous entamons notre marche sur le premier sentier des géants du Nideck qui sont des sculptures de pierre stylisées et symboliques accompagnées d'un petit commentaire. Elles ont été réalisées par des sculpteurs de nationalités diverses. Nous nous arrêtons après une courte phase de marche pour prendre le temps de se présenter et de parler des objectifs de DECLIC. Ce petit moment de pause est aussi l'occasion de savourer les ströessels que nous a généreusement apportés Bernard qui bien malgré lui n'a pas pu encadrer la sortie. Nous avons parcouru un itinéraire de 12 km et de 500 m de dénivelé nous menant à la « Pierre solaire » composée de blocs de pierre agrémentés d'une énigme. En ce printemps tardif, la nature nous offre un beau camaïeu de verts et un soleil aussi agréable qu'inespéré en cette période particulièrement pluvieuse. Par ailleurs, le paysage forestier s'ouvre sur de lumineux panoramas de montagne et la rivière nous accompagne sur un joli bout de chemin.

La marche s'est terminée à 16h et nous sommes arrivés à 16h45. Après les chaleureuses salutations d'au revoir, les marcheurs sont entrés à 17h à la maison d'arrêt.

Nous avons ressenti une incertitude générale concernant leur insertion dans la société à la sortie de prison, et surtout de nombreux doutes sur leurs possibilités de réaliser leurs projets, et ce pour les trois personnes.

Malgré leur attrait assez modéré pour l'environnement naturel, ils communiquaient volontiers avec les accompagnateurs et la randonnée prenait un goût de partage. A. , Jo. et Ju. nous ont remercié pour cette sortie qui visiblement leur a fait du bien. Ils étaient arrivés le matin avec les visages plutôt fermés et nous ont quittés avec le sourire et une certaine émotion dans le regard. Ils nous ont assuré qu'ils étaient prêts à renouveler cette expérience si l'occasion se présentait.

Fondation de France
Design by Joomla 1.6 templates